Poésie: Une colère sans fin

Photo de Ralph W. lambrecht sur Pexels.com

Je suis le cauchemar de tes nuits,

La cruauté en personne.

Et si tu me nuis,

C’est toi que j’emprisonne.

.

Je te tue à petit feu

Comme une maladie qui ronge tout ton corps.

Tes sentiments font des nœuds,

Tout est en désaccord.

.

Cette chose est comme une tornade,

Elle n’est pas à prendre à la rigolade.

.

Ce sentiment funèbre

Qui parcourt tout ton être

Se nomme la colère !

Bryan Mono Lucas (3SC3)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s