Jardin d’Eden – Chapitre 8

Chapitre 8 : Esprit d’équipe

Lorsque les musiciens se rendirent compte que Tania n’arrivait pas à commencer sa chanson, ils commencèrent à paniquer, ils reprirent une troisième fois le rythme de départ et le public commençait à se poser des questions. Le reste de la classe comprit assez vite que Tania était en train de paniquer et sans même se parler, ils allèrent la rejoindre sur scène. Louise et Louis qui étaient arrivés en premier prirent la main de Tania et les personnes qui suivirent se prirent la main à leur tour. En signe de soutien à leur camarade. Lorsque la musique reprit, ils chantèrent tous ensemble le premier couplet. Tania se sentit plus rassurée grâce à ses camarades, elle arriva finalement à terminer sa chanson le premier soir. Les représentations suivantes se passèrent extrêmement bien, Tania arrivait à faire un peu mieux que la fois d’avant à chaque nouvelle ouverture de spectacle.

C’était déjà la dernière, tout le monde était un peu fatigué, le spectacle allait être joué dans moins de deux heures. Tous se préparaient tranquillement, certains passaient au retouche maquillage tandis que d’autres répétaient pour la dernière fois leur texte.

Soudain on entendit un grand boum suivi d’un silence religieux dans l’arrière-salle du côté des escaliers. Les élèves s’empressèrent d’aller regarder ce qui venait de se passer…

Une jeune fille était allongée au bas du grand escalier de marbre, son visage était tourné vers le sol caché par ces cheveux, ses amis la reconnurent directement. Thomas alla en courant vers son amie en criant son prénom, mais la jeune fille ne répondit pas. Au même moment, les professeurs présents arrivèrent et firent reculer la foule d’élèves qui s’étaient amassés autour du corps. Thomas avait la jeune fille dans les bras, il regarda ses profs et leur dit avec les larmes aux yeux :

 « C’est.., c’est  Ed.., Eden.. ».

Un des profs présents arracha Eden des bras de Thomas, pour la conduire dans un endroit plus tranquille. Dans la précipitation, il secoua Eden pour essayer de la réveiller mais elle ne réagissait pas, il lui tâta le pouls mais ne le sentit que légèrement. Heureusement, une ambulance arriva au même moment. Celle-ci l’embarqua très rapidement pour l’hôpital le plus proche.

Tout s’était passé extrêmement vite, certains des camarades d’Eden ne comprirent pas ce qu’il venait de se passer mais la majorité d’entre eux étaient en larmes, s’imaginant le pire… Les profs qui étaient restés auprès des élèves essayèrent de les rassurer au maximum. La représentation allait être suspendue ce soir-là et probablement reportée au jour à venir. On ne savait pas ce qui était arrivé à Eden. Chaque parent avait été contacté par le secrétariat pour venir récupérer leurs enfants.

Tous étaient rentrés sauf Thomas, Louis et Louise qui avaient insisté pour aller à l’hôpital. Leurs parents respectifs étant obligés de céder les y avaient conduits. Là-bas, ils retrouvèrent quelques-uns de leurs professeurs qui étaient présents lors de l’accident. La police des assurances était également présente, elle était en train d’interroger les professeurs un à un.

L’attente était interminable, Eden était rentrée dans une chambre depuis presque plus de deux heures maintenant. Et tous attendaient de voir ce qu’elle avait.  Ses parents étaient également sur place et son grand frère qui était revenu de son voyage linguistique une semaine avant l’accident venait aussi d’arriver sur place. Tous les proches d’Eden attendaient silencieusement dans ce maudit couloir. Les minutes passaient extrêmement lentement. Cela faisait bientôt plus six  heures qu’Eden était rentrée dans cette chambre.

Quand enfin un des médecins sortit de cette chambre…

Il alla instinctivement vers le groupe et demanda qui était de la famille proche d’Eden. Ses parents et son frère se levèrent instinctivement suivis par Thomas. La mère d’Eden sourit timidement en voyant sa réaction mais elle lui demanda de rester avec les autres. Le médecin mit la famille légèrement à part et prit une profonde inspiration comme pour réfléchir à comment il allait leur annoncer la nouvelle. Devant le regard impatient et inquiet de la famille, il prononça enfin son verdict.

« Madame, Monsieur je tiens à vous présenter mes sincères excuses…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s