Le jardin d’Eden – Chapitre 4

Chapitre 4 : Meilleure ennemie

Un silence religieux s’installa d’un seul coup. Comme le voulaient les règles de discipline instaurées par l’établissement, les élèves devaient interrompre toute activité et devaient se lever lorsque leur préfet venait les voir. Ainsi tous debout, les élèves attendaient patiemment ce que le préfet était venu leur dire. Celui-ci lança un regard insistant vers la porte, comme s’il parlait à quelqu’un mais personne n’apparaissait. Il commença alors son discours, inspiré comme à chaque fois :

« Chers élèves, je prends la peine de vous voir pour vous présenter une personne qui à partir d’aujourd’hui va partager le reste de l’année avec vous. »

Lorsque le préfet annonça l’arrivée d’une nouvelle personne, des chuchotements se mirent à se faire entendre « une nouvelle, et pour quoi faire ? », disait l’un. « Ho non ! Pas encore une fille. », se plaignait l’autre. Les chuchotements se transformèrent très vite en brouhaha. Mais il suffit que le préfet crie d’une voix rauque :  « SILENCE ! » pour que le calme se rétablisse. Il alla chercher la jeune fille en question dans le couloir et l’accompagna devant la classe. Tout le monde remarqua directement à quel point elle était belle. Ses longues jambes et ses longs cheveux blonds ne laissèrent pas un seul garçon indifférent sauf peut-être Thomas qui ne regardait que d’un œil la nouvelle.

« Je vous présente Zoé », dit le préfet presque lassé de la situation. « Je la laisse se présenter par elle-même et moi je retourne au travail ». Tout le monde savait que ça voulait dire qu’il repartait se cacher dans son bureau pour déléguer tout son travail à sa secrétaire.

Lorsqu’il partit, les chuchotements reprirent mais monsieur Pi, le professeur qui était en charge de ces élèves, demanda le silence et alla vers Zoé : « Alors, dis-nous en plus, d’où tu viens comme ça ? » Monsieur Pi ne se rendit pas compte de ce qu’il venait de dire mais ça allait déclencher énormément de choses.

Zoé commença alors son récit passionnant, tellement passionnant que toute la classe la regardait bouche bée. Sauf Eden qui avait arrêté d’écouter après la deuxième minute. « Mon père est un très riche entrepreneur, il voyage beaucoup et a des agences dans le monde entier… » Elle reprit une petite inspiration et enchaina son monologue : « Du coup, je voyage énormément, j’ai déjà fait le Bengale, le Brésil, le Botswana, l’Angola. » Eden arrêta d‘écouter après l’Angola, elle essayait avec difficulté de le situer sur une carte du monde. Malgré toute la concentration qu’elle mit pour resituer le pays, elle entendit encore Zoé en fond qui continuait son autobiographie : « … je… j’ai… moi, moi et moi ». Lorsque Zoé eut épuisé tous les adjectifs qualificatifs qui la décrivaient, celle-ci daigna enfin se taire. La moitié de la classe avait décroché, et pour cause, ça faisait au moins dix minutes que son monologue était entamé. Le professeur de math l’invita à s’asseoir quand, dans le silence, on entendit quelqu’un dire d’une voix timide et très basse : « Enfin… ce n’est pas trop tôt… » Toute la classe se retourna vers Eden, celle-ci sourit et ses oreilles devinrent toutes rouges. Elle essaya de cacher sa timidité en simulant une fausse assurance. Mais en réalité, elle n’avait pas du tout fait ça pour qu’on la remarque. Elle n’avait fait que penser tout haut ce qu’elle pensait tout bas. Zoé lui lâcha un regard noir pensant qu’Eden avait voulu la provoquer et elle alla s’asseoir.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s