Journée citoyenne à l’ABL (2) – vue par les élèves de 1C4

La journée citoyenne fut le jour où toutes les classes ont parlé de migration (et de plein d’autres choses).

C’est quoi la migration ?

La migration, c’est le fait de quitter son pays pour rejoindre un autre parce qu’il y a une guerre ou à cause du régime politique ou bien de la famine et de la pauvreté…

Il y a tellement de causes pour quitter son pays et cette journée consistait à expliquer d’où on vient, qui a migré dans notre famille, …

Un petit-déjeuner

Cette journée a commencé par un petit-déjeuner collectif. Donc tout le monde s’est débrouillé pour apporter quelque chose. Pendant que toute la classe se servait, des élèves se sont présentés pour expliquer qui a migré dans leur famille. Nous avons appris plein de choses sur d’autres élèves.

« Ce déjeuner est une vraie expérience, c’était bon et en plus ça nous a plus rapprochés. » (Meriam, 1C4)

Un exposé

Après s’être bien rempli le ventre, M. De Vreught (professeur d’histoire en supérieur) nous a expliqué ce qu’étaient des migrants, pourquoi des gens fuient leur pays, pourquoi utiliser le mot « crise » des migrants…

Après, on a un peu parlé de l’attentat.

Quand la cloche a sonné, on est partis à la récréation.

Un jeu

Quand on est revenus dans la classe, on a joué à un jeu sur le thème de la migration (bien sûr ;-)). Le but : c’est d’avoir le plus d’argent pour gagner. Comment y jouer ?

1- Il doit y avoir deux migrants et trois indigènes (car il y avait cinq élèves dans un groupe).

2- Les migrants perdent 20 points (en sachant qu’il y en 50) à cause de leur voyage.

3- Faire avancer les pions en lançant le dé (parfois, il faut prendre une carte).

4- Il faut arriver à la dernière case pour voir qui a gagné.

Ce qui n’était pas juste, c’est que les indigènes ont plus de droits que les immigrants. Et c’est vrai ! Les immigrants ont moins de droits, d’argent, moyens de communiquer. Mais il existe plein de solutions comme les associations…

Pour finir

Et pour finir, notre titulaire nous a demandé ce que NOUS voulons, devons faire pour que les immigrants soient accueillis et que ce soit plus facile pour eux de trouver un travail, une vie car la plupart des gens qui ont immigré sont perdus dans des grands pays !

Cette journée m’a appris beaucoup de choses que je ne savais pas. J’ai vraiment aimé cette journée et je dis bonne chance à tous ceux qui vont migrer.

A. Belmahi

En photo sur la page d’accueil de cet article, Geneviève Damas revenant sur ses « Chroniques de Lampedusa » auprès d’élèves de deuxième année. 

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s